TORONTO (ONTARIO), le 21 sept. 2022 – Les renseignements personnels sur la santé sont sensibles, et il est essentiel de les protéger pour maintenir la confiance de la population canadienne dans le système de santé.

Malgré les progrès numériques rapides que connaît le secteur des soins de santé, l’utilisation de technologies dépassées et vulnérables, comme le télécopieur et le courrier électronique non chiffré, mine la confiance du public dans la sécurité des renseignements personnels sur la santé.

Dans une résolution commune publiée aujourd’hui, les commissaires fédéral, provinciaux et territoriaux à la protection de la vie privée du Canada réclament une action concertée dans l’ensemble du secteur des soins de santé afin d’assujettir les communications numériques en matière de santé à des mesures de protection et de sécurité renouvelées et renforcées.

Cette résolution commune décrit les mesures que devraient prendre les gouvernements, établissements de santé et fournisseurs de soins de santé, notamment :

  • Mettre en place un plan coordonné soutenu par un financement gouvernemental et d’autres mesures incitatives pour favoriser l’élimination progressive du télécopieur et du courrier électronique non chiffré pour la prestation des soins aux patients dans tout le Canada, et ce, dans les plus brefs délais.
  • Promouvoir l’adoption de technologies numériques sécurisées et de cadres de gouvernance responsable des données pour protéger les renseignements personnels sur la santé contre l’accès non autorisé et les divulgations accidentelles.

« Mon bureau exhorte le gouvernement, les ordres professionnels et les dépositaires de renseignements sur la santé à collaborer pour mettre fin à l’utilisation du télécopieur et du courrier électronique non chiffré qui exposent les individus à des risques inutiles et éventuellement dévastateurs pour leur vie privée », a déclaré Patricia Kosseim, commissaire à l’information et à la protection de la vie privée de l’Ontario. « Il est grand temps de mettre fin à ces méthodes désuètes de partager des renseignements personnels sur la santé, d’autant plus qu’il existe des méthodes plus fiables qui sont faciles d’accès. »

En Ontario, les télécopies acheminées au mauvais destinataire demeurent la principale cause de divulgation non autorisée de renseignements personnels sur la santé. En 2021, les dépositaires de renseignements sur la santé ont signalé au Bureau du commissaire à l’information et à la protection de la vie privée de l’Ontario (CIPVP) 4 848 atteintes à la vie privée causées par des télécopies acheminées au mauvais destinataire.

Pour en savoir plus :

Renseignements pour les médias :
media@ipc.on.ca

This post is also available in: Anglais